Félix Gravel

Interventions Canvas4

L’entrevue à l’émission J’aime Montréal – CIBL 101,5 FM Radio Montréal a permis de parler de l’aventure d’Urbabillard, visant à susciter des idées créatives sur la ville.

Par ailleurs, c’est principalement en tant que Responsable au Conseil régional de l’environnement de Montréal que Félix Gravel intervient médiatiquement. Il a aussi le rôle de porte parole de Piétons Québec ainsi que de l’Alliance Transit pour le financement du transport collectif au Québec. Voici une revue de presse, comme autant de contributions au débat sur la ville et le transport:


Le Devoir. La voix des piétons. Pierre Vallée.  16 octobre 2015.

PiétonsQc


Radio-Canada Première. Un nouvel organisme pour faire entendre la voix des piétons. Alain Gravel. 6 octobre 2015


Le Devoir. À la rescousse du piéton québécois. Un organisme voué à ce grand oublié de la sécurité routière voit le jour. Sarah R. Champagne. 6 octobre 2015.


Le Journal de Montréal. En auto même pour aller au dépanneur du coin. Anne-Caroline Desplanques. 5 octobre 2015.


Le Devoir. Ottawa, au-delà de son rôle de bailleur de fonds. Florence Sara G. Ferraris. 5 octobre 2015.


TCF – La télévision communautaire de Montréal. Les semaines de la mobilité.


Voir vert. PARK(ing) Day. 18 septembre 2015.


TVA Nouvelles. Les écolos veulent faire payer les automobilistes. Améli Pineda. 25 août 2015.


Conversité. Discussion sur le transport et la mobilité active avec Félix Gravel, du CRE-Montréal.

Convercité a construit des capsules vidéos pour la discussion sur les enjeux de révision du plan d’urbanisme de Mont-Saint-Hilaire.


Radio-Canada. Le 15-18. Réduction de gaz à effet de serre : Entrevue avec Félix Gravel. Annie Desrochers. 17 septembre 2015.


Le Devoir. Le transport collectif n’obtient pas sa juste part du Fonds vert. 31 août 2015. Florence Sara G. Ferraris.

« Sans argent, c’est très difficile d’offrir des services durables et concurrentiels, ajoute l’urbaniste Félix Gravel, avec un soupir. Avec les budgets actuels, on peine déjà à maintenir les actifs existants dans un état acceptable. Alors, pour ce qui est d’en développer des nouveaux… ».


Journal de Montréal. Montréal aura ses semaines de la mobilité. Améli Pineda. 31 août 2015. «On veut sortir de cette guerre entre automobiliste et piétons. L’idée c’est de montrer qu’il existe un cocktail de transport», fait valoir Félix Gravel


Journal 24H. Des écologistes souhaitent des vignettes de stationnement partout. Améli Pineda. 24 août 2015.

Je n’aime pas du tout le titre de l’article mais il est sûr que le stationnement gratuit est un bar ouvert qui tire à sa fin. «Il faut s’attendre à ce qu’on copie le modèle du Plateau. Pendant des années le stationnement a été une ressource gratuite, mais aujourd’hui le sol doit être considéré comme une ressource rare», soutient Félix Gravel , responsable des campagnes transport du CRE-Montréal.


Le Devoir. La journée internationale des… stationnements. Isabelle Porter. 20 août 2015.

« Ça reflète le goût de se réapproprier la ville, la rendre plus ludique, agréable, plus belle », renchérit Félix Gravel. « Il s’agit d’avoir autre chose qu’une ville fonctionnelle en fait. »


98.5 FM. Est-ce qu’on devrait être plus sévère envers les piétons délinquants. Marie-Claude Lavallée. 18 juillet 2015.


Le Devoir. Les Y, la génération mobile. Avoir sa voiture, un rêve d’hier aujourd’hui délaissé par les 18-35 ans. Florence Sara G. Ferraris. 6 juillet 2015.

Et à ce sujet, les statistiques sont claires : plus l’offre de transport est diversifiée, plus les usagers ont tendance à délaisser l’automobile au profit des modes alternatifs. « On a qu’à jeter un oeil aux habitudes des résidants du Plateau, de Rosemont, de Villeray, énumère Félix Gravel , avec un sourire dans la voix. Dans ces quartiers [très prisés par les jeunes professionnels et les nouvelles familles], près de 75 % des déplacements se font à pied, en vélo ou en transports collectifs. »


Journal Métro de Montréal. Les courtiers immobiliers veulent un permis spécial de stationnement. Laurence Houde-Roy. 3 juin 2015.

«Ce sol, il a un coût, fait valoir Félix Gravel. Les courtiers immobiliers ont pour fonction de faire du profit et c’est correct. Mais, même s’ils ne sont pas stationnés longtemps, il faut leur faire payer le juste prix. On pourra alors penser qu’au moins les infrastructures seront utilisées selon une méthode d’utilisateur-payeur, et qu’on pourra payer les coûts d’entretien. Il n’y aura pas d’usage abusif si on fixe un vrai prix.»

Ce sont des vignettes et des tarifs pour tous les besoins qu’il faudrait (pas juste les courtiers mais aussi les médecins à domicile et.).


Le Devoir. De la créativité pour faire sortir les aînés. Daphnée Hacker-B. 11 mai 2015.

« Félix Gravel a été impressionné par « l’expertise » des participants durant les marches exploratoires. « Certains habitent leur quartier depuis des décennies, ils savent exactement ce qui doit être repensé, ce sont des mines d’informations pour les experts de l’aménagement urbain », relate le responsable de la campagne transports au CRE-Montréal. »


Le Devoir. Les sas vélo, ou l’art d’imposer l’harmonie. Daphnée Hacker-B. 4 mai 2015.

Félix Gravel suggère la création de « sas pédagogiques », peints avec un produit de moindre coût, dont la durée de vie serait limitée à une ou deux saisons. « Ça coûte moins cher, ça dure moins longtemps, mais ce serait tout juste assez pour faire une campagne de sensibilisation, appuyée par une présence policière là où sont les sas », explique-t-il. C’est selon lui la meilleure façon de faire évoluer les mentalités. Ensuite, même s’il n’y a plus de sas, « les automobilistes toléreront mieux d’avoir des cyclistes postés devant eux au feu rouge », souligne-t-il.


D’un océan à l’autre, sur les antennes régionales de Radio Canada. 16 mars 2015.

Charlttetown (6:45) Halifax (7:00) Ottawa (7:45), Edmonton (8:00) Winnipeg (8:15) Windsor (8:45), Régina (9:00), Vancouver (9:45).


LaPresse+. Montréal à plein gaz. Éric-Pierre Champagne, 12 mars 2015.

À visionner sur tablette si possible.

Félix Gravel n’est pas surpris outre mesure de voir que de plus en plus de Montréalais achètent un VUS (camions légers, selon l’étude). Comment l’expliquer ? « On se rend compte que le prix de l’essence n’est pas vraiment un facteur significatif dans le choix du véhicule. Au mieux, quand les prix de l’essence baissent, les gens s’achètent plutôt un plus gros véhicule. D’une certaine façon, il y a une valeur sociale accordée à sa voiture. »


Radio Canada. Entrevue à l’émission 15:18 de Michel C. Auger, Le rapport du BAPE sur l’A-19 attendu avec impatience par les opposants, 4 mars 2015.

Félix Gravel du Conseil régional de l’environnement de Montréal, explique qu’il faudrait aussi un plan métropolitain de mobilité plutôt que des annonces à la pièce. Capsule audio.


Journal Le Devoir: « Électrification des tranports; Quand le prix du pétrole ébranle les idéaux ». 9 février 2015. Daphnée Hacker-B.

Extrait: Pour Félix Gravel, responsable de la campagne transports au Conseil régional de l’environnement de Montréal, le prix de l’essence est loin d’être le seul responsable de cette situation. « Le coût du carburant était anormalement élevé ces dernières années et nous avons continué à acheter des voitures… Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que le problème réside dans les politiques de transport et d’urbanisme », lance-t-il. Le développement inadéquat du réseau de transport collectif dans les grandes métropoles, additionné à l’étalement urbain, a encouragé les citoyens à se tourner vers l’automobile. « On n’arrête pas d’augmenter les tarifs pour les usagers des réseaux de transport en commun, sans améliorer la qualité… tandis que les utilisateurs d’autoroutes n’ont rien à débourser. Si on veut que les choses changent, il ne faut pas attendre la fin du pétrole, il faut amorcer un changement de valeurs », conclut-il.


Journal Métro, « La contribution de la Caisse de dépôt dans les infrastructures suscite des réactions mitigées » Marie-Eve Shaffer, 13 janvier 2015.

Extrait: Le transport collectif peut être rentable. La preuve, les gros investisseurs sont prêts à embarquer», s’est réjoui pour sa part le porte-parole de l’Alliance Transit, Félix Gravel.

(…)

Le porte-parole de l’Alliance Transit a convenu que plusieurs détails devaient être précisés, notamment pour ce qui est du choix des projets, de la tarification et de la participation de l’Agence métropolitaine de transport (AMT).


ASPlogo

Agence science presse (ASP), 17 décembre 2014


Lapresse

En banlieue sans ma voiture? Danielle Bonneau, 4 décembre 2014

« La vision des aires TOD pourrait être poussée plus loin dans le Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Montréal, estime Félix Gravel, responsable des campagnes de transport, GES (gaz à effet de serre) et aménagement du territoire au Conseil régional de l’environnement de Montréal. Le schéma devrait inscrire les bonnes pratiques à respecter pour créer des milieux de vie complets, croit-il.

«Sinon, il se fera de la haute densité sans penser à la qualité de vie, précise-t-il. La densité permet de faire de bonnes choses, mais elle n’en est pas garante.»

Selon lui, il faut prendre le temps de mieux définir les aires TOD pour qu’elles deviennent la manière de faire des villes du XXIe siècle. Les gens auront alors le goût de les habiter! »


MATV 26 Novembre 2014.

Un grand classique de l’urbanisme et de l’histoire de Montréal: le lien entre la ville et la « montagne », la présence du Mont-Royal au cœur de la métropole. En revanche, je ne suis pas urbaniste, ni Frédéric Low Olmsted, c’est une question de titre professionnel. Émission Mise à jour, Félix Gravel 27m.50s http://bcove.me/at45qrm8 Félix MaTV


Journal Métro « Exit la voiture de la rue Sainte-Catherine » Marie-Eve Shaffer, 22 octobre 2014.

Extrait: On pense qu’en donnant plus d’espace pour les piétons et les vélos, il y aura plus de piétons et de vélos. Mais si on donne plus de place aux voitures, il y a plus de voitures, plus de congestion et de plus de bruit», a exposé mardi le responsable des campagnes transport, GES et aménagement du territoire au Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal, Félix Gravel.


Le Devoir « Donner de l’accessibilité, pas que du stationnement » André Lavoie, 18 septembre 2014.

« La plupart des stationnements à Montréal sont laids, pas forcément bien gérés, affichant une tarification mal adaptée, en plus d’être la source de multiples problèmes environnementaux : îlots de chaleur, écoulement des eaux de pluie, etc. » Or, qu’ils soient étagés, souterrains ou à l’air libre, peuvent-ils présenter une quelconque valeur esthétique ? Ce diplômé de l’UQAM et de l’INRS pointe des exemples éloquents tirés du guide, à Québec (l’édifice « Falaise apprivoisée ») comme à Miami (un édifice recouvert de végétation grimpante dans le quartier de South Beach), mais ne croit pas qu’ils devraient être considérés comme de simples exemples isolés. « Un stationnement, c’est un peu comme une gare ou un aéroport. On investit beaucoup d’argent pour la beauté de ces lieux, souvent la porte d’entrée des villes. Pourquoi en serait-il autrement pour le stationnement, sans doute le plus utilisé de tous les terminus ? »


Le Devoir « Stationnement payant; Petit arrêt sur un espace à s’approprier » Émilie Folie-Boivin, 22 août 2014.

Entre autres citations dans cet article: « (le stationnement) est vraiment plus qu’un entrepôt de voitures. N’empêche que la plupart du temps, il n’est tout simplement pas permis de l’utiliser avec autant de fantaisie. Félix Gravel l’a bien compris, lorsqu’il a voulu ajouter quelques mètres à sa terrasse bondée d’amis en utilisant un des deux espaces de stationnement devant chez lui. Un gros 4×4 a gentiment klaxonné avant de réclamer les deux places. «On est partis car il est écrit dans tous les règlements municipaux qu’une case de stationnement ne peut pas être utilisée à d’autre escient que l’entreposage de voitures», se souvient le responsable des campagnes Transport, GES et Aménagement du territoire au Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal). «Il n’est pas possible ni justifié de payer le temps d’utilisation du stationnement et de l’employer comme ça nous chante pour jouer de la guitare. Pourtant, la voiture, qui passe 95% de son temps stationnée, continue d’avoir le monopole sur l’humain. Et on paie tous pour ça, pas seulement les automobilistes.»


Journal Métro  20 juillet 2014. L’aménagement de l’Esplanade Clark toujours en suspens. Mathias Marchal.

(…) En attendant, le CRE-Mont¬réal a plusieurs idées de ce qu’on pourrait faire temporairement avec le site. «On pourrait mettre des chaises avec des bacs de fleurs, donner des contrats à des graffiteurs ou même dessiner sur le sol les différents éléments qui composeront l’esplanade», illustre Félix Gravel, responsable transport et aménagement au CRE-Mtl.


Article dans la revue scientifique Lien social et Politiques
Bélanger, Hélène. 2010. «Pour qui et à qui ce parc ? Gentrification et appropriation de l’espace public dans l’Arrondissement du Sud-Ouest de Montréal (Canada)». Lien social et Politiques, no 63, p. 153.

Remerciement pour la collecte de données qui a alimenté cette étude


Article dans la revue Urba

Union des municipalités du Québec. 2010. Économie sociale; la force tranquille du développement des collectivités. «La relève municipale», URBA Le magazine de l’union des municipalités du Québec, vol. 30, no 6, p. 10. En ligne.


Présentation des boursiers

Article dans la revue Urbanité, Ordre des urbanistes du Québec et Institut Canadien des urbanistes. 2010. L’Art et la ville. «L’art et la formation en urbanisme à l’UQAM», Urbanité, p.35. En ligne.


Projet de revitalisation à Brooklyn cité en exemple

Article dans la revue Urbanité, Ordre des urbanistes du Québec et Institut Canadien des urbanistes. 2010. L’aménagement et la gestion de projet. «Prix du Mérite étudiant 2009», Urbanité, p.47. En ligne.


Présentation des lauréats 2009 du Prix de l’Ordre, Article dans le bulletin électronique Vision ESG, Evelyne Dubourg. 2009. «Tête d’affiche», Bulletin Vision ESG, édition du 8 décembre 2009, vol 2, no 2. Entrevue suite à l’obtention du prix de l’Ordre des urbanistes incitant à repenser la ville.


À propos Urbabillard
Partager la ville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :