Édouard François et l’architecture verte

L’architecture durable est une tendance qui s’observe actuellement. Pour certains, elle n’est qu’une mode, pour d’autres, elle constitue un virage qui doit changer nos modes de vie. Encore aujourd’hui, les contraintes budgétaires conduisent bien souvent à mettre l’option écologique de côté. C’est un ensemble de modes de conception et de fabrication qui se réoriente, le marché s’adapte à une nouvelle demande. Nouveaux modes de vies, Gains énergétiques, matériaux durables : les changements possibles sont multiples. L’offre d’alternatives devient dans certains cas plus abordable, portée par une nouvelle tendance  insufflée par les acteurs privés et institutionnels. Les grands projets urbains qui ont les moyens de pousser la démarche environnementale plus  loin qu’à l’accoutumée nous font voir l’étendue des possibilités.  Concepteur de grands projets urbains intégrant la végétalisation, Édouard François  est ce qu’on appelle un « star architect ». Des projets phares ont mis de l’avant des constructions végétalisées de haute densité, dont plusieurs à Paris mais aussi partout à travers le monde. Nous vous proposons un tour d’horizon de ses principales réalisations.

« L’Immeuble qui pousse », dont la construction a été complétée en 2000 à Montpellier,  est parmi les premières réalisations d’Édouard François. La façade est composée de roches derrière lesquelles ont été disposés des sacs de terreau et de plantes irriguées. La façade pousse donc petit à petit, de manière organique. Enfin, les jardins potagers et les balcons-cabane entourés d’arbres,  cherchent encore un peu plus à rapprocher l’homme de la nature.

Finalisée en 2004, la « Tower-Flower » incarne un désir de nature en ville. Située dans la zone d’aménagement concerté (ZAC) Porte d’Asnières à Paris, elle est composée de pots de fleurs géants, dans lesquels on a planté des bambous. Les quelques 180 pots  sont disposés en bordure des façades tout au long des coursives.  S’étendant sur dix étages, la tour de trente appartements, se distingue dans le paysage du 17e arrondissement.  Les bambous peuvent vivre jusqu’à 3 000 mètres d’altitude, ils résistent aux basses températures et au vent et sont particulièrement adaptés à ce type d’aménagements.

Le projet d’urbanisme « Eden Bio », qui a vu le jour en 2009, a donné lieu à la densification d’un îlot dans un ancien faubourg du 20e arrondissement de Paris. Suivant la perspective d’un écoquartier, ce milieu de vie offre des espaces végétalisés « à échelle humaine ».  Les 98 logements bénéficient de stationnements ainsi que de 11 ateliers d’artiste. De plus, le concept de friche urbaine a été au cœur des aménagements. Le sol a été remplacé afin qu’il soit organique, profond et biologique. Les plantes viennent donc coloniser les moindres recoins, d’elles-mêmes, sans que les aménagements paysagers ne soient programmés.

La démarche d’Édouard François, soit celle de végétaliser la ville, pourrait faire des émules. Les projets abordés s’inscrivent principalement à grande échelle, cherchant à se distinguer par une architecture exceptionnelle. La question se pose à savoir si l’architecture verte n’est qu’une mode et si elle réussira à se généraliser. Afin que cette tendance s’inscrive dans la durabilité, il faudra que l’innovation environnementale reste abordable. L’écologie, pour ne pas être qu’un luxe, doit pouvoir se faire à moindres coûts. Il semble justement que ce soit le cas. Les friches urbaines en remplacement des aménagements paysager ainsi que les façades végétales apparaissent comme des solutions économiques pour une ville écologique.

Article par Félix Gravel

Images:Édouard françois©
Site officiel de l’agence d’urbanisme, d’architecture et de design « Maison Édouard François »: http://www.edouardfrancois.com/fr/home

Note : Édouard François  connaît un succès international. En plus d’avoir reçu le grade de Chevalier des Arts et des Lettres en France, il a reçu le Prix du Forum international des jeunes architectes il a été fait membre honoraire international par le Royal Institute of British Architects en raison de sa contribution à l’architecture. Voici quelques uns de ses projets au Maroc, au Sénégal, en Inde, etc.

Principales réalisations d’Édouard François
1998 : L’immeuble qui pousse à Montpellier
2004 : Tower-Flower à Paris
2006 : Hôtel Fouquet’s Barrière à Paris
2009 : Eden Bio à Paris
2010 : Coming-out à Grenoble
2012 : Collage Urbain à Champigny-sur-Marne
2013 : Entrée de ville à Ris-Orangis

Projets en cours
2014 : M6B2 Tour de la Biodiversité à Paris
2014 : Hôtel Cheval Blanc Samaritaine LVMH à Paris
2014 : Club Med 4 et 5 Tridents, Al Diana, Sénégal
2015 : Socialisation de la hauteur, ZAC Presqu’Île à Grenoble
2015 : Les Collines de Honfleur, Centre commercial de luxe, Honfleur

 

À propos Urbabillard
Partager la ville

2 Responses to Édouard François et l’architecture verte

  1. Ping : Édouard François et l’archi...

  2. Ping : Une rivière remplace une autoroute et redonne vie au coeur de Séoul | Urbabillard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :