Les «villes intelligentes» chinoises font fausse route

En Chine, 300 à 500 projets de « smart cities » (villes intelligentes) ont été élaborés. L’informatique n’apporte pas une solution à tout et ces projets révèlent de nombreuses failles.  Séparation des fonctions, problèmes de transport, manque d’intégration des données : la ville intelligente montre ses limites.

Tianfu  District à Chengdu

Tianfu  District, Chengdu (Chine)

On voit ici le projet de Tianfu  à Chengdu, dont le rationalisme fait écho à l’urbanisme moderniste du 20e siècle. Malgré l’objectif louable d’une ville mieux gérée et plus durable, les « smart cities » entrainent de nouveaux déplacements et ne sont pas aussi écologiques qu’elles le voudraient.  Le vrai défi d’aménagement? Construire la ville sur elle-même plutôt que de créer des quartiers à part.

Lire l’article paru dans Courrier International.

Source des images: TGD

À propos Urbabillard
Partager la ville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :