Transformer le stationnement, jouer avec les mots et réinventer l’espace public

Lorsqu’on décide d’utiliser le stationnement à d’autres fins qu’à l’entreposage d’automobiles, les idées fourmillent et la ville  se réinvente. Certains y voient le prolongement du chez-soi, d’autres y voient des nouveaux lieux de rencontre, de pique-nique, de terrasses et de placettes. En échange de quelques voitures immobilisées: des bancs et de la végétation, mais surtout des gens et une nouvelle appropriation de la ville.

Stationnement PARKLET

En convertissement une partie des cases de parking, on voit très vite les gens investir la rue et faire vivre l’espace public. Le lexique lui-même démontre une créativité foisonnante:  « stationnements pour piétons », « parklet », « placottoirs », « récifs urbains »…  De nouveaux lieux et de nouveaux mots, comme autant d’idées pour une expérience urbaine diversifiée.

À l’origine: le wonnerf

C’est aux Pay-Bas qu’on commence à désigner les lieux conquis sur des espaces auparavant dédiés à l’automobile. Le terme « Woonerf » désigne le prolongement de l’espace résidentiel, une extension du chez-soi dans la rue.

Woonerf

Woonerf: prolongement résidentiel à Amsterdam.

(crédit photo : EURIST e.V.)

Au royaume de l’automobile, le parklet détronne le stationnement

Depuis un siècle, l’Amérique du Nord s’urbanise en fonction de l’automobile. L’étalement urbain cause de nombreux problèmes et notamment le déclin des centres-villes (en plus de la congestion, de la pollution, du coût des infrastructures, etc.). Or, le « tout à l’auto » a montré ses limites et la population a maintenant soif d’espaces verts, de pistes cyclables, de large trottoirs: bref d’une ville « à échelle humaine ». C’est à San Francisco que le concept de « parklet »  a vu le jour.

San-Francisco-Parklet

Parklet à San Francisco

 Le concept de « parklet »  a été repris à différents endroits dans le monde, tel qu’à Montréal sur l’Avenue Saint-Laurent où des conteneurs ont été aménagés et offerts aux passants.

Parklet St-Laurent

 Parklet sur le boulevard Saint-Laurent à Montréal

Jeux de mots, jeux de lieux: du « placottoir » au « récif urbain »

À Limoilou, dans la ville de Québec, on a désigné ces espaces de Stationnements pour piétons. Les multiples réinterprétations de ces espaces publics ont fait naître une terminologie des plus créatives. Sur le Plateau-Mont-Royal, on a installé un Placottoir, dérivé du terme « placotter » (terme qui désigne le fait de papoter au Québec, de parler pour le plaisir et pour rencontrer son voisin). Le terme placottoir est parfois mal compris par certains qui m’ont parlé de « parcotrottoirs » (des parcs-trottoirs) par déformation.

En anglais, on parle d’abord de parklet mais la désignation se décline au gré des appropriations de la rue. Ainsi Vancouver a implanté des lieux de détentes pour piétons qui se sont renouvelés chaque année sur la la rue Robson. En 2011 a été installé  Picnurbia, des espaces de pique-nique urbain. En 2012, c’est le concept de PopRocks qui a donné lieu à des « rochers populaires » avec un clin d’œil à la culture musicale pour tous. En 2013, c’est l’idée de rue Corduroy, évoquant le tissu de velours côtelé, utile, durable et tissé serré. En 2014, c’est maintenant le « récif urbain », Urban reef, qui permet de s’échouer en ville.

Kenneth Chan Vancity Buzz

Urban reef, à Vancouver (crédit photo: Kenneth Chan)

Le récif urbain est présenté comme un catalyseur social, pour ceux qui veulent manger, se relaxer, socialiser, regarder de la musique ou en faire, participer à des activités, etc.

Urban Pasture

Urban pasture, à Vancouver

 Ailleurs à Vancouver on a implanté un « pâturage urbain », Urban Pasture, une sorte de prairie ou au moins un espace ou chacun peut s’asseoir, pique-niquer et se détendre.

Le PARK(ing) Day: fêter la reconversion du stationnement

La majeure partie de l’espace public est occupé par des voitures, pourquoi ne pas récupérer une partie des stationnements? Des rues encombrées deviennent plus sécuritaires et plus conviviales, avec des appropriations nouvelles de la ville. C’est ce que permet de souligner le PARK(ing) Day à travers différentes villes du monde, d’une manière ludique et festive. Le temps d’une journée, il devient très créatif de révéler le potentiel caché sur une case de stationnement.

Conclusion: convertir le stationnement pour redynamiser la vie urbaine

Commencée comme une extention résidentielle, la reconversion du stationnement a été reprise par les terrasses de bars et de restaurants. Désormais, ce sont des espaces publics de proximité qui voient le jour à la place de l’entreposage automobile. Décliné comme un « stationnement pour piéton », un « placottoir », un « récif urbain », « un pâturage urbain », etc.: la reconversion du stationnement ne fait que commencer. Il est fascinant d’observer comment les gens sont prompts à s’approprier la ville différemment de l’organisation rationnelle et normée de l’espace urbain!

 

Article par Félix Gravel*

*Sur l’auteur: Fondateur d‘Urbabillard/ Responsable des transports, GES et aménagement urbain au CRE-Montréal /Coordonnateur du PARK(ing) Day Montréal

**Note: Cet article a été relayé dans la veille en aménagement et urbanisme du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie en France.

Liens pertinents:

Le placottoir, innovation pour causeurs urbains, par Daphnée Hacker-B. dans Le Devoir (10 juillet 2014)

L’évolution de Robson street à Vancouver, par Kenneth Chan dans Vanicity buzz

Des idées pour piétonniser Sainte-Catherine Ouest à Montréal

À propos Urbabillard
Partager la ville

8 Responses to Transformer le stationnement, jouer avec les mots et réinventer l’espace public

  1. Ping : Transformer le stationnement et réinvent...

  2. Ping : Bien commun & Territoire : transformer le s...

  3. Ping : TRANSFORMER le stationnement, jouer avec les mots et RÉINVENTER l’espace public | Le Petit Jardinier Urbain

  4. Ping : TRANSFORMER le stationnement, jouer avec les mo...

  5. Ping : Transformer le stationnement, jouer avec les mo...

  6. Ping : Transformer le stationnement, jouer avec les mo...

  7. Ping : Une rivière remplace une autoroute et redonne vie au coeur de Séoul | Urbabillard

  8. Ping : Vélos contre autos | Urbabillard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :