« L’après urbanisme » : mieux penser la relation entre l’Humain et la ville

Et si l’urbanisme était passé à côté de l’essentiel? C’est le questionnement qui surgit à bien observer la manière de planifier et de développer nos villes. Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, invite « à ajouter son monde au monde pour faire le monde », en repensant la relation entre l’Humain et la ville.

portraitpaquot

La rétrospective que le philosophe fait de l’urbanisme se veut compréhensive, non pas pour figer la perspective de l’urbain dans l’historicité, mais plutôt afin de proposer une pensée dégagée, critique et humaniste. Urbabillard vous propose un résumé de la conférence de Thierry Paquot, donnée le 16 mars 2016 au Forum Urba, à Montréal. Lire la suite
Publicités

Les gifs animés par l’absurdité

Le « Graphics Interchange Format », connu sous le terme de GIF, permet une alternance dynamique d’images. Percutantes mais limitées, Romain Laurent semble tirer le meilleur de ces images animées.

 19

Le photographe détourne le réel afin  de mieux placer ses personnages dans des situations absurdes.  Lire la suite

Ces femmes qui transforment la ville

Jeanne Mance, Jane Jacobs, Catherine Trautmann, Janette Sadik-Khan,  Anne Hidalgo: Urbabillard met en lumière 5 femmes qui ont changé la perception des villes et qui ont entraîné des profondes transformation de l’espace urbain.

femmes5

Qu’elles soient religieuses, journalistes, élues ou fonctionnaires, ces femmes ont façonné la vision des villes en étant très proactives pour changer leur environnement.
Lire la suite

Nouvel an: les villes en fête

Pour souligner la nouvelle année, les métropoles du monde célèbrent en foules et en feux d’artifices.

AAA FeuxVoici une sélection d’images de ces villes en fête. Lire la suite

Les paysages hyperréalistes de Nathan Walsh

Fasciné par les paysages urbains, Nathan Walsh tente de transmettre l’ambiance des rues dans ses plus fins détails. New York, Chicago, Paris Tokyo: le peintre déploie un réalisme quasi photographique.

1417773916

Ses coups de crayons semblent des calques entièrement fidèles à la réalité.  Lire la suite

L’architecture du futur vue par les années ’20

Dans les années ’20, l’architecture moderniste fait entrevoir les promesses les plus folles. Cette narration (en anglais) de Chris Fagan, revient sur ce rétro-futurisme qui a influencé les villes dont on hérite aujourd’hui.

Édouard François et l’architecture verte

L’architecture durable est une tendance qui s’observe actuellement. Pour certains, elle n’est qu’une mode, pour d’autres, elle constitue un virage qui doit changer nos modes de vie. Encore aujourd’hui, les contraintes budgétaires conduisent bien souvent à mettre l’option écologique de côté. C’est un ensemble de modes de conception et de fabrication qui se réoriente, le marché s’adapte à une nouvelle demande. Nouveaux modes de vies, Gains énergétiques, matériaux durables : les changements possibles sont multiples. L’offre d’alternatives devient dans certains cas plus abordable, portée par une nouvelle tendance  insufflée par les acteurs privés et institutionnels. Les grands projets urbains qui ont les moyens de pousser la démarche environnementale plus  loin qu’à l’accoutumée nous font voir l’étendue des possibilités.  Concepteur de grands projets urbains intégrant la végétalisation, Édouard François  est ce qu’on appelle un « star architect ». Des projets phares ont mis de l’avant des constructions végétalisées de haute densité, dont plusieurs à Paris mais aussi partout à travers le monde. Nous vous proposons un tour d’horizon de ses principales réalisations.

« L’Immeuble qui pousse », dont la construction a été complétée en 2000 à Montpellier,  est parmi les premières réalisations d’Édouard François. La façade est composée de roches derrière lesquelles ont été disposés des sacs de terreau et de plantes irriguées. La façade pousse donc petit à petit, de manière organique. Enfin, les jardins potagers et les balcons-cabane entourés d’arbres,  cherchent encore un peu plus à rapprocher l’homme de la nature.

Finalisée en 2004, la « Tower-Flower » incarne un désir de nature en ville. Située dans la zone d’aménagement concerté (ZAC) Porte d’Asnières à Paris, elle est composée de pots de fleurs géants, dans lesquels on a planté des bambous. Les quelques 180 pots  sont disposés en bordure des façades tout au long des coursives.  S’étendant sur dix étages, la tour de trente appartements, se distingue dans le paysage du 17e arrondissement.  Les bambous peuvent vivre jusqu’à 3 000 mètres d’altitude, ils résistent aux basses températures et au vent et sont particulièrement adaptés à ce type d’aménagements. Lire la suite