L’Histoire de l’urbanisation: de -3700 à l’an 2000

Aperçu de la fondation des grandes cités et de leur développement de -3700 à 2000.

Max Galka, Metrocosm
http://metrocosm.com/

Publicités

Le réchauffement planétaire vu par la NASA

 

Les images de la NASA montrent comment la terre se réchauffe, de manière accélérée. La réalité d’aujourd’hui dépasse les projections les plus pessimistes des scientifiques du 20e siècles. Il est grand temps que les efforts tant globaux que locaux se coordonnent afin de réduire la pollution et préserver le climat.

L’automobile rend fou: les années ’50 s’en inquiétaient

 

Cette animation de Disney (« Automaboule ») pleine de sens critique montre comment Monsieur piéton devient Monsieur automobiliste, en oubliant tout sens du civisme. Lire la suite

« L’après urbanisme » : mieux penser la relation entre l’Humain et la ville

Et si l’urbanisme était passé à côté de l’essentiel? C’est le questionnement qui surgit à bien observer la manière de planifier et de développer nos villes. Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, invite « à ajouter son monde au monde pour faire le monde », en repensant la relation entre l’Humain et la ville.

portraitpaquot

La rétrospective que le philosophe fait de l’urbanisme se veut compréhensive, non pas pour figer la perspective de l’urbain dans l’historicité, mais plutôt afin de proposer une pensée dégagée, critique et humaniste. Urbabillard vous propose un résumé de la conférence de Thierry Paquot, donnée le 16 mars 2016 au Forum Urba, à Montréal. Lire la suite

Ces femmes qui transforment la ville

Jeanne Mance, Jane Jacobs, Catherine Trautmann, Janette Sadik-Khan,  Anne Hidalgo: Urbabillard met en lumière 5 femmes qui ont changé la perception des villes et qui ont entraîné des profondes transformation de l’espace urbain.

femmes5

Qu’elles soient religieuses, journalistes, élues ou fonctionnaires, ces femmes ont façonné la vision des villes en étant très proactives pour changer leur environnement.
Lire la suite

L’évolution urbaine en time-lapse

Google earth engine compile des images satellitaires et permet d’extraire des Time-lapse de l’évolution urbaine.

Dubai Coastal Expansion

On observe ainsi l’impact de l’humain sur son environnement. Lire la suite

Villes et utopies: dossier spécial 500 ans

L’Utopie est le « lieu qui n’existe pas ». C’est une cité idéale imaginée par Thomas More, qui publie un roman du même nom en 1516.  Pour souligner les 500 ans de l’oeuvre, Urbabillard explore villes imaginaires et les lieux qui n’en sont pas. Lire la suite

Une courte Histoire du développement urbain

Robert Crumb résume l’Histoire du développement Nord-Américain à travers « A short story of America ».  

Urbanismeb

Afficher l’image en grand format.

Ce plan résume très bien l’urbanisation des villes durant le 20e siècle.  Lire la suite

Archives: le déneigement à la force des bras

Les tempêtes de neige ont leur lot d’inconvénients mais elles offrent aussi des paysages splendides. Grâce aux images d’époque, on a une idée de l’ambiance urbaine lors des épisodes les plus neigeux.

Déneigement

Le déneigement était autrefois réalisé à la pelle, par des équipes d’intervention municipales et par les citoyens.
Lire la suite

L’Histoire du déneigement de Montréal

The Gazette utilise des photos d’archives pour décrire l’Histoire du déneigement de Montréal (vidéo en anglais).

Découvrez d’autres archives: le déneigement à la force des bras.

L’architecture du futur vue par les années ’20

Dans les années ’20, l’architecture moderniste fait entrevoir les promesses les plus folles. Cette narration (en anglais) de Chris Fagan, revient sur ce rétro-futurisme qui a influencé les villes dont on hérite aujourd’hui.

La construction du paysage urbain, le temps d’un ascenseur

La construction de New York a conduit à une véritable course en hauteur sur l’île de Manhattan. Le paysage urbain est constitué de gratte-ciel qui ont été érigés dans une subite ascension de l’architecture verticale, constituant le skyline que l’on connaît aujourd’hui. Le temps d’un trajet en ascenseur, soit les 47 secondes permettant de monter au sommet du 1 World Trade Center, on observe 515 années d’urbanisation condensées.

On souhaite que les mises en scène de l’histoire urbaine soient plus souvent revisitées de la sorte, permettant ainsi de nous éviter la musique d’ascenseur en nous faisant prendre conscience de l’évolution des villes. Lire la suite

Le Mont-Saint-Michel vu du ciel

Le Mont-Saint-Michel, perché sur son rocher, vit au rythme des marées et semble parfois flotter au milieu de la baie. Lorsque la mer monte, le village médiéval dresse ses murailles contre les flots.

Nous vous proposons de survoler ce patrimoine mondial inscrit à l’UNESCO alors que le niveau de l’eau est à son plus haut.  Les grandes marées, parfois désignées de « marée du siècle », nous offrent des paysages époustouflants de la cité du Mont-Saint-Michel assiégée par l’eau.

le-mont-saint-michel-et-saint-malo-vus-du-ciel_9

le-mont-saint-michel-et-saint-malo-vus-du-ciel_1 Lire la suite

« Horizon vertical »: densités vertigineuses à Hong Kong

Le photographe Romain Jacquet-Lagrèze nous donne une vision vertigineuses de Hong Kong à travers sa série de photos « Horizon vertical ». Urbabillard tient à mettre à l’honneur ces clichés magnifiques, l’un d’eux étant utilisé comme arrière-plan du blogue. C’est un cadre bâti d’une densité impressionnante qui se présente à nous.

Densités HK

« Horizon vertical » est un voyage photographique entre les bâtiments d’une ville sans cesse en croissance. C’est une immersion en profondeur et une prise de vue singulière sur des bâtiments élancés vers le ciel. C’est une sorte de contre-plongée contemplative dans la nature brute de Hong Kong et une expression de ses formes verticales. Lire la suite

Montréal, transport dans le temps

Lorsque le réseau du métro à Montréal est implanté, des idées de grandeur flottent, c’est une époque où le progrès et la modernité sont le leitmotiv. Retour sur un des plus grands projets collectifs que le Québec aie connu.

Les images de l’inauguration du métro de Montréal montrent la place qu’occupait l’église dans la société. Elles montrent aussi le caractère novateur de ce nouvel équipement public, porteur de modernité. Lire la suite

La ville vue du ciel

Voici différentes morphologies urbaines illustrées grâce à des vues aériennes particulièrement révélatrices. À vol d’oiseau, en hauteur, on comprend la ville autrement. On y voit le geste de planification ou les formes spontanées. On y voit des silhouettes singulières, reflétant l’Histoire des villes, témoignant de leur développement et de leur modernisation. Prouesses d’ingéniosité, les villes sur pilotis de Venise ou d’Amsterdam sont aussi pittoresques lorsqu’on les arpente que lorsqu’on les survole! Marques de civilisation, les villes cherchent à rayonner et à mettre en scène, c’est notamment le cas de Paris ou de Bucarest avec leurs perspectives monumentales. Les photographies présentées ici ne sont qu’un bref survol de certaines villes vues du ciel. Il faut dire que les progrès technologiques ont démultiplié les images aériennes auxquelles on a accès. Images de la Nasa, de GoogleEarth, de Bing, etc. : on peut observer la planète sans difficulté. Malgré cette abondance d’images, les clichés de photographes sont un peu plus près de leurs sujets et apportent le regard de l’artiste, du journaliste ou du militant. C’est cela que recherche Yann Arthus-Bertrand à travers les clichés parus dans « La Terre vue du ciel ». Véritables accroches, ses images sont des témoignages fort instructifs. Le voyage au-dessus des villes est plein d’enseignements.

1. BarceloneBarcelone (Espagne)

Pour commencer, une vue de Barcelone dessine les contours du Plan Cerdà, « l’Eixample ». En 1859, ce plan d’urbanisme donna à la ville des grandes allées et des perspectives magistrales. Lire la suite

Place des nations : la question de l’intégrité du patrimoine

Abandonnée depuis des années, la Place des Nations est en pleine dégradation. Montré comme site de patrimoine en danger par Héritage Montréal, la survie du lieu posait jusqu’à peu de nombreuses interrogations. On apprend avec bonheur que ce lieu phare de l’Expo 67 sera restauré d’ici 2017, au coût de 12,5 millions de dollars. Annoncée comme une partie intégrante du projet d’aménagement et de mise en valeur du Parc Jean-drapeau, cet investissement s’inscrit dans le cadre du 375e anniversaire de la fondation de Montréal. La restauration de la Place des Nations pose néanmoins la question de l’intégrité des lieux. Nous vous proposons de faire le point sur la situation.

Une figure de proue de l’Expo 67

La Place des Nations a été construite alors que Montréal s’ouvrait sur le monde en accueillant l’Exposition universelle de 1967.

L’idée de départ est celle d’une « Place des Peuples », « une vaste figure de proue représentant le Canada souhaitant la bienvenue aux nations[1]. ». Servant à accueillir les manifestations officielles, culturelles et folkloriques de l’Expo, ce point de rassemblement se voulait un lieu moderne. L’architecte André Blouin, disciple de Perret, a revisité l’idée que l’on se fait d’un amphithéâtre classique.  Lire la suite

La réalisation d’équipements publics et sportifs, moteur de développement et de consolidation

Dans la semaine du lundi 9 décembre 2013, le cabinet d’audit Ernst & Young a publié une étude quant à la possibilité d’un retour d’une équipe de baseball majeur à Montréal. Cette dernière, en plus d’annoncer que le projet général serait viable, aborde un sujet intéressant : les bénéfices de la construction d’un stade sur les quartiers environnants. L’hypothèse est que la réalisation d’un tel équipement favorise la consolidation et le développement du quartier par l’attraction d’investissements immobiliers, l’arrivée d’une nouvelle population et l’installation de nouveaux établissements d’affaires (commerces de détails et bureaux).  Trois cas sont pris en exemple :

-San Francisco où la population a été multipliée par 10 dans les environs du stade et où le salaire moyen est passé de 34 500$ à 175 000$.
-Denver où l’administration municipale a vu ses revenus augmenter de 86% dans le secteur du stade entre 1994 et 1995 grâce aux nouveaux développements immobiliers.
-San Diego où l’arrivée du stade et 300 millions $ d’investissements publics ont généré pas moins de 4 milliards $ d’investissements privés en projets résidentiels et commerciaux.

Image2Le Petco Park à San Diego

La construction de nouveaux stades de baseball est un exemple parmi d’autres attestant les transformations du tissu urbain engendrées grâce à des investissements publics et sportifs. Les jeux olympiques (JO), qu’ils soient d’été ou d’hiver, ou encore les Expositions universelles, en sont d’autres exemples flagrants. Lire la suite

Vertige d’acier

Les Iroquois (« Mohawks ») sont le peuple des « maisons longues ». Leurs constructions, qui dépassaient les 60 mètres de long, témoignaient d’un savoir-faire ancestral qui est encore un fort symbole identitaire.

New York State Museum

« Maison longue ». Source: New York State Museum

De la hutte longue traditionnelle au gratte-ciel aujourd’hui, il semble y avoir un monde. Et pourtant, cette transition vers la modernité a conduit les Iroquois à construire de nombreuses tours d’acier. Il est remarquable que ces bâtisseurs et charpentiers aient été de grands artisans de l’édification du skyline de New-York!

Devant le Chrysler building

Construction devant le Chrysler building.  Source: Mohawk Cultural Center

Une croyance tenace a collé à la peau des Irokois, qu’on disait sans peur des hauteurs. Entre l’inné et l’acquis, c’est bien les savoirs et les techniques qui se sont transmis, bien plus qu’un hypothétique gène permettant d’être à l’aise au sommet des villes. C’est ce que précise d’emblée le National Museum of the American indian en consacrant une exposition à ces charpentiers de l’extrême : « beaucoup de gens pensent que les Mohawks n’ont pas le vertige, ce n’est pas vrai ». Lire la suite

La tragédie du pont de Québec

La construction du pont de Québec devait, à l’époque, aboutir sur la plus grande structure de métal et le plus long pont du monde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce pont a été conçu par l’ingénieur américain Theodore Cooper, précédé d’une réputation d’arrogant et ayant notamment réalisé le pont de la Second Avenue à New York.

C’est le 29 août 1907 que l’effondrement du pont de Québec se produit. 86 travailleurs se trouvaient alors sur le pont: 75 périssent. Parmi eux, on compte 36 amérindiens de Kanawake, une réserve près de Montréal autrefois appelée « Caughnawaga ». Les ouvriers amérindiens étaient réputés pour leur savoir-faire dans l’assemblage d’acier en hauteur et ont participé à la construction de nombreux gratte-ciel sur l’île de Manhattan à New York.

Montréal, les mutations économiques d’une métropole résiliente

Depuis sa fondation, Montréal a connu une série de changements majeurs dans sa structure économique qui lui ont permis de se développer et de se renforcer : d’un poste de traite et d’échange de fourrure, elle est devenue la capitale industrielle d’un jeune pays pour être aujourd’hui une ville moderne caractérisée par son économie diversifiée.

La fondation et le développement de Montréal sont basés sur deux principales raisons. La première est la position idéale de la ville sur les réseaux de communication naturels, entre les Grands lacs et l’Europe notamment. La deuxième permet déjà à la nouvelle colonie de se distinguer. En effet, à l’endroit de l’île de Montréal, le fleuve Saint-Laurent, véritable colonne vertébrale de tout en pays naissant, est sur quelques dizaines de mètres trop peu profonds pour que les navires puissent continuer plus en amont. Ces derniers doivent ainsi débarquer leurs marchandises au port de Montréal, les faire transporter sur l’île et les réembarquer plus loin, à Lachine. Cette intermodalité forcée est l’une des bougies d’allumage de Montréal.

La chute de la Nouvelle-France engendrée par la guerre de Sept ans et de ce fait la capitulation de Montréal en 1760 marque la fin d’une époque. La menace française est définitivement repoussée et les britanniques s’installent en apportant avec eux de nouvelles façons de faire, dans un contexte pré-industriel. L’économie montréalaise, jusqu’à lors tournée vers la fourrure et sa traite, se tourne vers le commerce et le transport. Montréal tire donc plein avantage de sa situation.

L’ouverture du canal de Lachine en 1824 marque un tournant dans l’histoire de la ville. Projet déjà envisagé par les Français mais repoussé au cours des décennies, il vient supprimer les contraintes de transbordement portuaires. En même temps, il amène les premières industries artisanales, grâce notamment aux premiers balbutiements des mécanismes hydrauliques exploités par les entreprises.


L’accroissement du trafic et les progrès techniques réalisés dans le domaine du transport (bateaux plus profonds et plus larges) obligent la communauté d’affaires montréalaise à élargir le canal. En même temps, l’apparition d’industries de masse grâce notamment à l’innovation et aux nouveaux procédés organisationnels combinée à l’arrivée du chemin de fer permet à Montréal et les berges du canal de renforcer la vocation industrielle de la métropole. La ville devient alors le coeur d’un réseau ferroviaire en pleine expansion d’un océan à l’autre et expédie sa production partout en Amérique du Nord. Montréal se développe ainsi à un rythme effréné grâce notamment à un solde démographique soutenu et des quartiers entiers apparaissent (Pointe-Saint-Charles, Saint-Henri, Griffintown, etc.). Au début du XXème siècle, le développement de la finance assoit le statut de Montréal en tant que métropole du pays. Cette dernière donnera d’ailleurs à la rue Saint-Jacques, dans le Vieux-Montréal, tout son prestige. Lire la suite